RADIO(S)

Alerte info
RMS INFOS : : Désormais, Ecoutez RMS RADIO MIDI SOLEIL sur la fréquence 96.4 sur l'Application WEBTUNER.FR !


Lors de l'Euro 2016, la fan zone marseillaise était installée sur les plages du Prado.
Lors de l'Euro 2016, la fan zone marseillaise était installée sur les plages du Prado. — C. Paris / AP / SIPA
  • La demi-finale de Ligue Europa de l'OM suscite un énorme engouement à Marseille.
  • Selon le club, la demande de places était telle qu'il aurait été possible de remplir trois fois le Vélodrome, ce jeudi.
  • Mais la mairie ne pourra pas installer un écran-géant pour permettre aux supporters de se rassembler. 

Le canapé en skaï de René Malleville sera bientôt plus connu que celui de Michel Drucker. C’est le printemps, l'OM est en demi-finale de Coupe d’Europe, c’est la saison de toutes les exagérations, à Marseille. Celle de toutes les folies, aussi. Toutes ? Non. Même à Marseille, même pour l’OM, il n’est apparemment pas possible d’organiser une fan-zone en trois jours. « C’est trop court, impossible de réunir les conditions de sécurité en si peu de temps », déclare la mairie à 20 Minutes. Mais le projet est « à l’étude » pour la demi-finale retour, le 3 mai, et pour une éventuelle finale.

René Malleville, qui avait lancé un « appel urgent à tous les élus marseillais », donc, s’en remettra. « On peut envoyer un mec sur la lune en quelques heures mais on ne peut pas monter une fan-zone en trois jours », démarre l’emblématique supporter. Avant de poser le jeu, petite passe en retrait à la Gustavo. « Je comprends, hein… Et je suis content d’avoir fait un peu bouger les choses pour le match retour, avec beaucoup d’autres supporters… » Des milliers de messages ont été postés sur Facebook et Twitter, et plusieurs élus d’opposition sont montés au créneau, en cette période déjà préélectorale.

Les élus d’opposition dégainent les communiqués de presse

La sénatrice PS Samia Ghali et le chef de file de l’opposition socialiste au Conseil municipal Benoît Payan ont dégainé les communiqués en moins de temps qu’il ne faut pour encaisser un but en clair. « L’OM ne se vit pas qu’au stade », déclare l’élue des quartiers Nord. Et Benoît Payan d’y aller de sa proposition : « Vieux-Port, Prado, Hôtel de Ville ou Stade Delort, les idées de lieux ne manquent pas. »

Les idées, non. Les forces de l’ordre pour assurer la sécurité, peut-être un peu plus. « C’est compliqué de monter un tel dispositif en si peu de temps », glisse un policier marseillais. En pareille situation, c’est généralement l’Etat qui assure la sécurité extérieure de la fan-zone (contre le risque d’attentat, par exemple), avec gendarmes mobiles et CRS. Et ce sont des agents privés qui gèrent l’intérieur de la fan-zone (les fouilles pour y rentrer, et la sécurité à l’intérieur, par exemple). En trois jours, il fallait donc mobiliser les forces de l’ordre, trouver et rémunérer les agents privés, et monter une infrastructure lourde : écran géant, barrières, sono.

«Les marchés publics, ça ne se fait pas comme ça, en un claquement de doigts», image l'adjoint en charge des sports (LR) Richard Miron. Surtout dans une période de vacances scolaires, à Marseille. Et qui dit fan zone dit également plan de circulation aux abords du site. Particulièrement compliqué un soir de match, où plus de 60.000 personnes se masseront au Vélodrome et, donc, dans les parkings environnants. C'est nettement plus jouable pour une demi-finale retour, disputée à Salzbourg. Et si ça ne se fait pas, René Malleville paye son canap' ?

 

 

Source de l'article : https://www.20minutes.fr/sport/football/2259855-20180423-om-salzbourg-securite-bouchons-voila-pourquoi-fan-zone-marseille-match-aller
Partager